Les besoins de communication intraspécifique en chiffres

     A l'occasion de classes de communication organisées pour former de nouveaux instructeurs, j'ai décidé de faire des observations et des relevés concernant les choix d'approche et de formes de discussion des chiens en présence, sur deux fois trois jours.

     Ayant déjà participé à plusieurs rencontres de ce type, je savais déjà ce que les chiffres allaient montrer, mais il m'a semblé pertinent de les mettre en lumière à l'heure où l'on conseille à tout va de permettre à son chien de rencontrer physiquement le plus de congénères possibles.

Protocole :

     Un chien est lâché sur le terrain principal de plus d’un hectare avec arbres, arbustes, ruisseau, haies, étang, zones en herbe haute. Le second arrive sur un terrain plus petit et se présente à son rythme à la clôture. Le premier chien arrivé est à plusieurs dizaines de mètres de lui quand il remarque son congénère. Une première interaction a lieu au portail. En fonction de ce qui s’y passe, le second chien pourra entrer (ou non), en longe ou lâché, tandis que le premier sera rattaché (ou non).

      Le rôle de premier chien à entrer et de second à arriver a été tenu par tous les chiens, sur les deux à quatre interactions qu’ils ont pu avoir (sauf chiens notés en italique).

 

     L'objectif est de mettre en présence deux chiens qui peuvent être profitables l’un à l’autre et ce n’est pas toujours évident. Si un des chiens est sensible, c’est à lui qu’on facilite la rencontre en lui choisissant un partenaire indiqué pour sa problématique (lequel pourra alors se retrouver en difficulté - dosée).

Partcipants de juillet

Dolly, beauceron x bouvier, 9 ans

Marley, staffie, 3 ans (entier)

Izo, fauve de Bretagne, ?

Molly, beagle, 6 ans

No One, staffie femelle, 5 ans

Tao, whippet, 14 mois (entier)

Leia, croisée de petite taille, ?

Jasper, bichon, 8 ans

Kuzco, jack russell x staff, ? (vasectomisé)

Harper, berger blanc suisse, 9 ans

Belle, croisée berger allemand, ?

Luz , bouledogue femelle, 5 ans

Guenji, golden x beauceron, 11 ans

Daisie, golden, 7 ans (entière)

Aza, catahula, 7 ans (entière)

Participants d'août

Mani, golden, 6 ans

Iago, golden, 3 ans (entier)

Sibelle, beagle, 15 mois (entière ?)

Laska, berger australien, 6 ans

Onyx, berger australien, 4 ans (entière ?)

Sasha, border collie, 1 an (entière)

Lunam, AS, 2 ans (entière ?)

Luffy, husky x berger allemand, 7 ans

Gazzy, husky x staff, 9 ans

Nestor, golden, 5 ans (entier)

Nagg, jack russell, 5 ans

Karma, golden, ? (entière)

Leia & Jasper

Daisie, golden, 7 ans (entière)

Junior, berger australien, 7 ans

Iggy, teckel, 9 ans

Observations :

  • Rencontres au portail :

      En juillet :

      → Sur tout le groupe, seuls Molly, Belle et Tao ont foncé au portail en remarquant le chien. On notera que Tao l’a fait dans l’excitation, avant de s’écraser au sol comme un chiot, ne sachant pas comment gérer ses émotions de joie, tandis que Molly et Belle ont chargé plusieurs fois par surprise et peur, volonté d’éloigner le chien en présence.

      → Sur tout le groupe, Dolly, Leia, Izo ainsi que Luz n’auraient jamais fait le choix d’aller se présenter au portail. C’est l’impulsion (voire l'éloignement) de l’humain vers l’avant, après plus de 2min d'observation à distance, qui les y a conduit, à contre cœur.

      → Les autres (Marley, No One, Jasper, Kuzco, Harper, Guenji) sont montés, mettant 2 à 4 min à aller se présenter après avoir remarqué le chien. Là aussi, la plupart a eu besoin de voir son humain se diriger indirectement vers la clôture pour finalement passer devant et aller interagir.

 

     En août :

     → Sur tout le groupe, Nestor, Lunam, Laska et Iago sont rapidement montés au portail en remarquant le chien. On notera que Nestor l’a fait dans une excitation positive (2x/3), Lunam dans un esprit de prédation (donc de demande d’espace), Laska dans l’agression (donc pour demander de l'espace) et Iago dans la surprise de se retrouver si « près » d’un chien qu’il n’avait pas remarqué à la distance qu’on leur donne au début.

      → Sur tout le groupe, Leia, Sibelle, Onyx, Gazzy, Luffy, Karma, Nagg n’auraient jamais fait le choix d’aller se présenter au portail. C’est l’impulsion de l’humain vers l’avant qui les y a conduit, à contre cœur parfois.

      → Les autres (Jasper, Sasha, Mani) sont montés, mettant 1 à 2 min à aller se présenter après avoir remarqué le chien. Là aussi, la plupart a eu besoin de voir son humain se diriger indirectement vers la clôture pour finalement passer devant et aller interagir.

 

  • Rencontres sur le terrain :

      En juillet :

     → Chiens ayant demandé de la distance en utilisant une agressivité très pondérée (immobilisme, fixation, raideur du corps) : Dolly, Marley, Izo, Leia, Jasper, Kuzco, Luz, Aza.

     → Chiens ayant demandé de la distance en usant d’une agressivité plus marquée (grognement, aboiement, charge, pousser avec le corps dans le « jeu ») : Molly, No One, Jasper, Belle, Luz, Guenji, Daisie, Aza aurait pu mais en laisse pour préserver Tao.

      → Chiens ayant cherché (souvent brièvement) un contact « amical » (souvent physique) : Tao avec Dolly, Tao avec Aza, No One avec Jasper, Guenji avec Marley, Guenji avec Kuzco, Kuzco avec Guenji, Harper avec Daisy.

      → Chiens n’ayant pas eu de contact direct (peur ou prédation) : Marley et Belle.

 

      En août :

      → Chiens ayant demandé de la distance en utilisant une agressivité modérée (immobilisme, fixation, raideur du corps) : Gazzy, Karma, Nagg, Jasper, Mani.

     → Chiens ayant demandé de la distance en usant d’une agressivité plus marquée (grognement, aboiement, charge, pousser avec le corps dans le « jeu ») : Leia, Sibelle, Luffy, Daisie, Onyx, Lunam, Laska.

      → Chiens ayant cherché (souvent brièvement) un contact « amical » (souvent physique) : Nestor avec Daisie, Sasha avec Karma, Iago avec Karma, Sibelle avec Jasper.

       → Chiens n’ayant pas eu de contact direct (peur ou prédation) : Laska, Lunam et Onyx.

 

 

Résultats en chiffres (2 classes confondues) :

25 chiens participants / 4 chiens utilisés non inscrits (en italique dans les tableaux) qui n’ont pas eu de tour sur le terrain comme premier chien et ne sont pas comptabilisés. J'ai seulement noté les attitudes de Daisie car elle est entrée sur le terrain pour plusieurs interactions.

 

Chiens non curieux des nouvelles rencontres : Dolly, Leia, Izo, Luz, Sibelle, Gazzy, Luffy, Karma, Nagg, Mani donc 10 = 40 %

Chiens curieux des nouvelles têtes : Tao, Sasha, Nestor, Iago, (Daisie) donc 4 = 16 %

Chiens ayant besoin de temps pour s’intéresser : No One, Kuzco, Guenji, Jasper, Harper, Marley donc 6 = 24 %

Chiens « réactifs » : Molly, Belle, Laska, Lunam, Onyx donc 5 = 20 %

 

Chiens désireux de contacts physiques (avec tout profil) : Nestor, Tao, (Daisie) donc 2 = 8 %

Chiens pouvant apprécier les contacts physiques (avec le bon profil) : Harper, Guenji, Kuzco, No One, Iago, Sibelle, Sasha, donc 7 = 28 %

Chiens préférant (face à tout profil) la communication à distance : Marley, Dolly, Leia, Gazzy, Nagg, Jasper, donc 6 = 24 %

Chiens préférant éviter d’interagir : Izo, Molly, Luz, Mani, Onyx, Karma, Luffy, donc 7 = 28 %

Chiens ne sachant pas comment interagir : Belle, Lunam, Laska donc 3 = 12 %

 

Chiens ayant démontré des signes d'agressivité à un moment donné : tous sauf Tao, Iago et Sasha, donc 21 = 84%

A noter que Tao et Sasha sont immatures mentalement et que Iago est agressif envers les mâles et n'a rencontré que des femelles.

Conclusions :

  • Un bon nombre de chiens aura tendance à éviter les nouvelles têtes (40%)

  • Un chien « normal » n’aime pas tout le monde ; un chien « normal » peut se montrer menaçant/ agressif (84%)

  • Quand ils en ont la possibilité, la plupart des chiens fuient le contact physique avec les étrangers, car il est potentiellement dangereux (24 + 28 = 52%) D'ailleurs, les femelles réactives agressent par anticipation, face à l'insécurité, et pourraient être comptablisées (72%).

  • Un chien mature choisira assez naturellement de communiquer par marquages et aura besoin d’observer longuement un congénère avant d’éventuellement interagir physiquement. Ici, les chiffres sont faussés par rapport à la réalité car les couples de chiens n'ont pas été choisis au hasard, mais pour éventuellement permettre une proximité non gênante. Par exemple, Guenji (comme presque tous les autres classés avec elle) ne va au contact que sur des individus précis jugés intéressants et non dangereux, à savoir les petits mâles entiers, en ce qui la concerne. Si tous ces chiens avaient dû rencontrer d'autres congénères moins indiqués, comme cela peut arriver en balade, la majorité aurait choisi de passer son chemin ou d'agresser pour maintenir une distance de sécurité. D'après les dires de leurs humains, Kuzco et Iago agressent les mâles, No One les chiens trop vifs, Harper et Sibelle fuient les rencontres inappropriées.

 

 

Remarques :

      Il n’y a que les jeunes immatures, ne sachant pas encore comment communiquer par le marquage dans un émotionnel moins fort, et les chiens très mal à l’aise à l’idée de devoir communiquer qui foncent sans réfléchir vers un chien inconnu. On signalera que Tao, à mesure des rencontres, réfléchissait de plus en plus longtemps avant de monter et abordait de plus en plus poliment le chien au portail. Sibelle, malgré son jeune âge, est diminuée physiquement par une boiterie qui la rend naturellement précautionneuse et l'empêche de foncer tête baissée. Quant à Sasha, elle est forcément curieuse mais très réservée de personnalité, donc elle ne risquait pas de se laisser embarquer vers un nouveau chien.

      Les rares « jeux » observés étaient imprégnés d’un besoin de jauger l’autre, de le contrôler, souvent pour se sécuriser soi-même. D’ailleurs, quand deux chiens se connaissant se retrouvaient sur le terrain, on ne notait pas de marque d’intérêt particulière de l’un envers l’autre, comme cela a été le cas entre Mani et Daisie qui se sont royalement ignorés. Quant à Guenji et Kuzco, qui se sont revus le lendemain de leur première rencontre, l'interaction physique a très peu duré puis chacun s'est mis à renifler dans son coin : tout avait été dit entre eux la veille et ils pouvaient vaquer à leurs occupations et communiquer moins directement.

      Toutes les interactions physiques positives ont eu lieu entre un mâle et une femelle. Elles ont toujours été d'assez courte durée (de quelques secondes à deux minutes, avec pauses), avant un comportement agressif de l’un ou de l’autre. Par exemple, après avoir été assez avenant dans son approche avec Daisy, Harper s’est retrouvé repoussé physiquement et a rapidement demandé à quitter le terrain en remontant au portail.

      Heureux les ignorants qui pensent que deux chiens "jouent" donc s'aiment et que deux ne s'aiment pas car ils s'agressent brutalement. Malheureusement, les choses ne sont pas si simples...

       Il est très important de connaître réellement les attentes de son chien, de savoir quand éviter une interaction ou l'en sortir, puisque la plupart ne sont pas les chiens sociables dont l'humain rêve.