La "hiérarchie" du chien domestique :

analyse et opinion

    Avant toute chose, comme le titre l'indique, je vous délivre une opinion personnelle, certes étayée du mieux possible à partir d'approches scientifiques, mais elle reste mon point de vue sur une question relativement épineuse. Personne n'est, en soi, obligé d'y adhérer. D'expérience, j'ai bien vu en club qu'on ne force pas quelqu'un qui a décidé de dresser son chien par la manière forte à y renoncer ; tous ceux qui sont arrivés en secouant leur chien et même leur chiot, au bout de la laisse sont simplement partis frustrés du cours dispensé selon une autre philosophie et ne sont jamais revenus. Je ne convaincrai pas non plus la vaine – que je préfère amplement, évidemment – du courant 100% positif (avec ou sans friandise) qui se refuse à appliquer la plus petite punition (comme le fait d'ignorer un comportement) et/ou qui considère le chien comme un véritable égal « hiérarchique » dans tous les domaines – voir un être « supérieur » dans certains car il est mieux équipé que nous (je pense au flair). L'objectif est davantage un partage du cheminement de pensées qui me conduit à certaines conclusions et, par extension, à mes approches éducatives.

 

    Le chien est maintenant un membre à part entière de la famille. Rares sont ceux qui vivent dehors et ne sont là que pour monter la garde ou rassembler du bétail – et tant mieux car le chien est un animal social et pas une machine util(e)(isable). Ce glissement progressif vers une sorte de chien-enfant a conduit à de nouvelles observations et au fait d'abolir certaines anciennes images pour appréhender nos chiens familiers, notamment les concepts de dominant/dominé ou de chef de meute. Doucement, on est allé jusqu'à diabolisé le concept de hiérarchie. Or, personnellement, si je me bats contre les premières conceptualisation effectivement bien dépassées, je me refuse à renoncer à la troisième, l'idée d'une forme de hiérarchie qui se met en place dans nos familles.

 

    L'idée de hiérarchie comme on la considère la plus souvent, c'est-à-dire un groupe structuré de façon pyramidale avec un ou des dominants et un ou des dominés, calquée sur les observation du fonctionnement des loups en captivité, est effectivement caduque. Le chien n'est pas un loup (dont le fonctionnement en liberté est bien différent, par ailleurs), ni un loup captif vivant avec d'autres loups captifs. Mais faut-il pour autant renoncer à toute idée de hiérarchisation dans le groupe familial ? Je ne le pense pas. Et voici pourquoi :

  • On a renoncé à ce modèle à partir d'observations de chiens féraux, c'est-à-dire de chiens vivant en liberté, non loin des humains mais pas chez eux. Il a été constaté que ces chiens ne vivent pas en groupes hiérarchisés et stables, mais plutôt seul, à deux et qu'ils forment parfois de petits groupuscules temporaires pour obtenir une ressource. Très bien, mais pourquoi cette analyse de comportements de chiens libres serait valable sur nos chiens de famille ? Ces chiens ne sont pas « contraints » de vivre avec une même association d'humains (et peut-être de chiens) au quotidien, toute leur vie. Alors, bien sûr, la notion de hiérarchie dans une collaboration temporaire n'a pas lieu d'être, mais dans la vie que nous imposons au chien domestique ? Je crois que pour le moins une forme de hiérarchie se crée par la force des choses.

  • La hiérarchie entre humains et chiens ne serait pas viable car nous sommes deux espèces différentes qui ne concourent pas pour les mêmes ressources. Vous avez votre assiette, le chien a ses croquettes ; vous avez votre console, votre téléphone, le chien a sa balle etc. A priori, c'est un fait, on ne peut pas lutter. Sauf que... Sauf que Médor, parce qu'il partage activement notre quotidien, pourrait avoir envie du contenu de votre assiette ou des gâteaux apéro sur la table basse. De même, comme vous partagez un espace et des activités, vous pouvez avoir besoin de toucher la balle de Médor, ou même de vous asseoir sur un canapé où les deux ont l'habitude de s'installer. On trouve même des chiens mâles qui, en l'absence du mari (ou même pas), protègent la femme, de façon peu à propos, et nous aurions des ressources totalement différentes ? Je me souviens avoir lu dans un commentaire sur une post Facebook à ce sujet : « il n'y a pas de hiérarchie entre un papillon et un éléphant ». Très pertinent, en soi, mais comment ce parallèle pourrait prouver que ceci est valable entre un humain et un chien ? Effectivement, nous ne sommes pas de la même espèce, mais, contrairement à l'éléphant et au papillon, parce que nous partageons justement une grande majorité de ressources depuis que nous vivons sous le même toit et avec des privilèges semblables, il ne me semble pas possible d'affirmer qu'une hiérarchie ne puisse pas exister à cause de nos différences interspécifiques.

  • J'ai également prêté attention à des articles qui nient une hiérarchie entre nos chiens, en s'appuyant sur le même modèle des chiens féraux que je viens d'énoncer. Encore une fois, cela est assez logique sur ces chiens en liberté créant des liens opportunistes et peu durables, mais pour nos chiens familiers ? Pourquoi et même comment deux chiens (ou plus) vivant constamment ensemble et partageant les mêmes ressources pourraient ne pas être hiérarchisés ? Attention, une fois de plus, je ne dis pas que c'est le modèle prétendu du loup qui est valable entre ces individus, ni que cette hiérarchie est immuable et qu'elle s'applique de la même façon pour toutes les ressources. J'ai moi-même pu le constater, pas tant maintenant que j'ai trois chiennes qui semblent – je dis bien « semblent » – relativement égales en tout point, mais quand je n'avais que Djuna et Guenji et qu'il m'arrivait de garder un chien supplémentaire. J'ai régulièrement logé un berger allemand nommé Thais pendant plus d'un an. J'ai pu observer au cours des semaines de garde que Djuna contrôlait globalement Thais et que Thais avait plutôt le dessus sur Guenji. Mais il se trouve que dans la vie quotidienne de mes chiennes, c'est clairement Guenji qui tient Djuna en respect. Rien de pyramidal, donc, juste des rapports deux à deux, ce qui remet bien en question l'idée qu'on se faisait de la hiérarchie entre chiens. Mais un rapport deux à deux stable. Aujourd'hui, on refuse le terme "hiérarchie" pour s'intéresser plutôt à la notion de protection de ressources, mais finalement, selon moi, cela revient au même pour nos chiens de famille. Je m'explique : si l'on prend l'exemple de deux chiens féraux partageant, occasionnellement ou non, un territoire, on va pouvoir parler de cette protection de ressources en lien avec diverses motivations. Prenons l'exemple de l'accès à la nourriture. Si A est affamé et B repus, B laissera certainement sans problème A se servir en nourriture près de lui. Et inversement. En revanche, si A et B sont affamés, il y aura certainement conflit et c'est le plus motivé des deux à obtenir la nourriture qui la remportera. Mais si le lendemain B a nettement plus faim que A, il est à parier que B sortira vainqueur. Ou inversement, si A est plus touché par la faim. Donc il n'y a pas de hiérarchie entre A et B, car leur relation est en évolution constante à cause des motivations variables pour obtenir des ressources à un instant donné, lesquelles fluctuent parce qu'ils sont en liberté, qu'ils évoluent dans un milieu non stable en apport de ressources. A contrario, si C et D sont deux chiens domestiques vivant dans la maison et mangeant chacun leur gamelle dans la même pièce, les observations ne s'appliquent plus. C et D ont une pitance qui normalement comble leur besoin, tous les jours. Donc si l'un des deux décide qu'il veut récupérer la gamelle de l'autre, ils ne seront pas motivés par la faim. C'est une question de gourmandise ici, couplé ou non à une force de caractère, a une volonté de vérifier qui gère justement la ressource alimentaire. De ce fait, le rapport à la nourriture ne va pas évoluer d'un jour à l'autre ou en tout cas être en fluctuation totale du jour au lendemain : peut-être que C et D mangeront chacun leur gamelle de leur côté sans zieuter celle du voisin et qu'il seront égaux sur ce plan. Peut-être que C aura envie de la gamelle de D mais que ce dernier la défendra suffisamment pour clore le débat pour de bon. Peut-être aussi que C aura envie de la gamelle de D et que ce dernier la lui laissera, soit car il est peu gourmand de nature, soit car il craint des remontrances, après un premier conflit. Mais finalement, le schéma va se pérenniser et il est possible que l'humain de C et D doivent les séparer pour les repas afin que chacun mange sa part. Il y a donc pour moi une hiérarchie entre C et D au niveau de la ressource « nourriture ». Elle pourra être : C et D sont égaux, C gère la ressource ou D gère la ressource (sans intervention humaine). Cela ne signifie pas que cette hiérarchie sera la même pour la gestion des jouets ou pour la défense des lieux de couchage, par exemple. Chacun peut s'attacher à une ressource particulière, être donc plus motivé que l'autre pour l'obtenir et être victorieux à son sujet à coup sûr. Cette organisation hiérarchique est d'autant plus palpable dans un milieu où l'humain n'est pas là pour interférer dans le groupe. Chez ma grand-mère, il y a deux setters mâles et un springer mâle qui vivent en chenil. Je me suis amusée à les observer à des moments clés de la journée. Eh bien je vous affirme que Giggs, le springer, gagne partout et tout le temps. S'il convoite la gamelle des deux autres, il l'a – et il la convoite tout le temps. S'il veut la balle, il l'a – et il la veut tout le temps. S'il désire la panière dans laquelle les autres chiens sont déjà installés, il l'a aussi puisque les autres se poussent sans rechigner. Même schéma pour la place la plus haute sur la table de camping mise dans l'espace extérieur. Il faut donc isoler Giggs pour que les autres mangent tranquillement et les setters ne s'intéressent même plus à la balle parce que le springer a toujours été le premier à la récupérer, par terre ou dans leur gueule s'il le fallait. Alors pour moi il y a bien également une hiérarchie entre chiens domestiques, tout simplement parce que nous « forçons » des rapports constants et finalement assez stables à cause de la quantité suffisante de ressources.

 

     Mais attention : ce n'est pas parce que je dis qu'un groupe familial avec chien(s) est hiérarchisé que j'estime que le chien est un soumis et les humains sont des maîtres suprêmes à qui tout est dû. Le concept de dominant, vu comme un alpha chez les loups, n'est pas sain : il implique un pouvoir de vie ou de mort, une autorité parfois violente, un non-respect des besoins du subordonné. De fait, je pense que c'est pour cela qu'on a voulu se débarrasser du terme pour parler du chien domestique : simplement pour éviter ces dérives et cesser d'écraser le chien comme on le faisait systématiquement il y a quelques années, sous prétexte qu'il nous devait une obéissance aveugle et à toute épreuve. Cependant, on peut être « en haut » de la hiérarchie familiale ET être un gardien bienveillant pour son chien. Cela devrait même être un impératif. Le leader que vous devriez être prendra la majorité des décisions, certes, mais pour le bien commun et en respectant pleinement l'être vivant qui est en face. Le leader aime, guide, sécurise, apporte tout ce dont le chien a besoin. Il peut accepter les propositions de son chien, comme une demande d'aller se promener quand son animal en a envie. Il est « en haut », car c'est lui qui gère le quotidien, de façon bienveillante, et pas son ou ses chiens. Je vois cette hiérarchie comme celle entre des parents et leur enfant, ou entre un patron sympathique et ses employés. Ce n'est pas parce que le parent (ou le patron) commande qu'il ne respecte pas l'enfant (ou les employés) et qu'il obtient ce qu'il désire par la force. C'est un contrat, tacite ou non, qui les lie. Il peut (ou doit, avec l'enfant et le chien) y avoir de la confiance, de l'attachement, d'un côté comme de l'autre.

     C'est ce rapport défini, stable et bienveillant qui motivera le chien à vous écouter la majorité du temps, si vos liens sont forts et positifs. Mais le fait d'être justement ce leader, cet être « au dessus », qu'on respecte dans ses décisions est un confort et une sécurité supplémentaire. Je suis pour le fait d'apprendre en positif, vous l'avez bien vu. Mais le positif – entendez ici l'emploi de récompenses pour motiver un comportement – a des limites, en certaines occasions (avec certains chiens, certains types de relation etc.) Admettons que vous êtes en balade, pas loin d'une route passante. Un chat sort soudainement de sa cachette, au milieu du champ, et votre chien part en courant derrière. A moins que cet individu soit affamé, ou dingue de sa balle, pensez-vous qu'un bout de fromage ou un jouet seront suffisants pour lui faire cesser sa course folle ? Course qui pourrait le mener sous les roues d'une voiture... C'est en ces occasions où les motivations du chien sont opposées à celles de l'humain que le fait d'être un vrai leader dans la tête de votre chien me semble nécessaire. Il devrait être réceptif à votre interdiction de courir derrière le chat, même si le jeu est tentant. Cela ne signifie pas, dans l'exemple donné, qu'il ne faut pas travailler en positif le « tu laisses » sur les chats ou le gibier, en avançant pas à pas, évidemment. On ne devrait pas non plus compter sur une écoute globale dépendante d'une crainte d'être puni, même si ce n'est que d'un « non » sonore. Votre relation est un tout qui se construit jour après jour, à travers vos agissements respectifs.

    J'ai trouvé cette citation en illustration d'un chapitre du livre d'Escafre : « la compétence sans autorité est aussi impuissante que l'autorité sans compétence ». Elle me semble parfaitement décrire la relation qui devrait nous unir à nos chiens : une relation saine car bienveillante, basée sur l'écoute et l'attachement, sur fond d'autorité, une autorité consentie car juste.

 

     J'en viens donc à toutes ces règles hiérarchiques renvoyées au placard car elles n'auraient pas de sens : pas de place haute, le chien doit manger après, passer derrière pour sortir etc. Pas de sens, c'est sûr, ça ? J'ai toujours eu envie de demander à un autre professionnel pourquoi, si elles sont insensées, on observe très souvent un net progrès dans l'écoute générale du chien simplement en conseillant au propriétaire de les mettre en place. C'est du vécu : j'ai réellement vu des chiens adultes ayant au début aucun respect et attention pour l'humain se métamorphoser en quelques semaines – quand l'humain partenaire se tenait vraiment au programme, bien sûr. Ces règles n'ont pas de sens... ? En fait, oui et non : ces règles précises n'ont pas nécessairement lieu d'être, mais un milieu cadré donc réglé est par contre impératif.

     J'accepte moi-même que mes chiens montent sur le canapé, je leur donne régulièrement à manger avant moi et fais sûrement tout un tas d'autres choses a priori déconseillées. C'est pour cela que j'affirme que ces règles ne sont pas nécessaires en soi, car je n'ai aucun souci pour me faire écouter malgré tout. Je pense que ce qui est en revanche capital, c'est d'instaurer un certain nombre de limites, claires et invariantes, pour structurer l'environnement du chien. Je crois donc aujourd'hui que ce qui a un véritable impact dans l'exemple du chien se métamorphosant après la mise en place de ces règles, ce ne sont pas ces dernières précisément, censées catapulter l'humain au rang de super-chef, mais le fait d'enfin poser un cadre clair et des limites alors que jusque là l'organisation était probablement chaotique.

     Partant de ces considérations, je ne vous dirais donc pas... pas de place en hauteur pour le chien !

    Je vous dirais... essayez de réguler ces espaces qui sont avant tous les vôtres et que vous choisissez ou non de partager avec votre animal. Invitez le chien à monter quand il ne réclame pas et vérifiez toujours qu'il descende facilement de votre lit et/ou du canapé, fauteuil etc. N'hésitez pas apprendre le « descend » avec des friandises, pour que le chien y trouve un intérêt.

     Je ne vous dirais pas... le chien doit manger après vous et vous devez pouvoir lui reprendre sa gamelle ou fouiller dedans !

    Je vous dirais... faites le manger quand bon vous semble, pas forcément à heure fixe pour qu'il ne réclame pas à une heure précise. Plutôt que de créer du conflit autour de la gamelle en la retirant, prenez l'habitude de rajouter quelque chose de meilleur encore dedans alors qu'il mange, ce qui le désensibilisera des approches humaines, désormais non-menaçantes, sur sa gamelle.

     Je ne vous dirais pas... le chien doit marcher/passer derrière vous !

    Je vous dirais... apprenez-lui positivement à attendre avant de passer dans un espace retreint, afin qu'il ne vous bouscule pas en passant.

     Etc.

   L'idée est simplement d'être le gestionnaire du quotidien, sans engendrer de conflit. La mise en place de ces règles – ou d'autres ! – permet au chien d'évoluer sereinement dans un cadre fixe, puisqu'il y a des limites définies, et de vous considérer comme un meneur de confiance car cohérent.

     Oui, je crois que les échecs en matière d'éducation sont en très grande partie due à un manque de cohérence humaine. Si vous décidez que le canapé est interdit pour x raison, vous ne pouvez pas accepter que Rex déjà endormi sur le sofa dans une position « trop mignonne » y reste « juste pour cette fois ». Si vous décidez que le canapé est autorisé en soi, sans régulation de votre part, vous ne pouvez pas lui rentrer dedans parce qu'il y est monté avec les pattes sales. Si vous décidez que Rex doit attendre derrière quand vous prenez vos affaires pour aller vous promener, vous ne pouvez pas le laisser vous pousser pour passer la porte, même si c'était doucement, même si vous êtes fatigué, même si vous n'avez pas le temps de le reprendre. Si vous décidez qu'il doit attendre dans le coffre le temps que vous lui disiez de descendre, vous ne pouvez pas accepter qu'il en descende sans attendre votre ordre, parce qu'il a très très envie de se promener/de voir ses copains chiens/de retrouver vos enfants etc.

Une décision, quelle qu'elle soit, est une décision qui doit être appliquée

tous les jours, en toutes les occasions, sans circonstances atténuantes.

     Il n'y a rien de pire pour un chien qu'un environnement non stable, des règles fluctuantes. Pour vous aussi, d'ailleurs, car c'est ce qui motive le chien à vous « tester » continuellement. Même si c'est une fois sur dix seulement que vous laissez passer la chose, voire une fois sur vingt, cinquante, votre chien se souvient qu'un jour, une fois, c'est passé, alors pourquoi ne pas essayer aujourd'hui ? Ils ne cherchent pas à vous contrarier, à vous tester comme vous le pensez, encore moins à vous dominer, quand ils remettent a priori vos règles en question. Simplement, il est logique qu'ils tentent d'agir dans le sens qui les arrange (sortir en trombe dehors tant le plaisir est grand, s'installer confortablement sur le canapé etc.) si parfois, même rarement, ils ont une autorisation, même tacite, d'agir dans ce sens.

    Alors décidez et appliquez, pour de bon. Si Rex monte sans autorisation, il doit descendre – quitte à lui demander de remonter ensuite. Si Rex doit attendre, il attend. Et s'il passe « en force » une fois, on recommence la procédure d'attente, on prend le temps. Si à chaque fois qu'il vous bouscule ou descend de la voiture avant votre signal, vous le remettez à sa place dans la maison ou le coffre (et donc lui faites perdre du temps de liberté), il comprendra très vite que son intérêt est justement de patienter. Nos chiens sont pragmatiques, soyons-le aussi !

 

    Peut-être que ma vision n'est pas « la bonne », pas idéale. Je peux le concevoir. Ce que je peux vous dire par contre, c'est qu'elle fonctionne, donc qu'elle est confortable pour l'humain qui ne se « bat » pas avec son chien au quotidien, et qu'elle ne stresse pas l'animal en l'obligeant à s'adapter constamment à un changement de règles, à chercher sa place, à comprendre qui gère quoi quand et comment, donc que cette vision est également bénéfique au chien. Je pense que c'est bien là l'essentiel, peut-être même l'objectif.

freeDogs - (ré)éducation canine (et humaine !) - éducateur canin en méthode positive - clicker

              SIREN n°843 276 684