Projet "Freed Dogs"...

Un mot sur moi
IMG_3926.JPG

     Je pourrais vous raconter que j'ai toujours rêvé de travailler avec des animaux, que ce métier s'est imposé à moi comme une vocation depuis des années... Ce serait classique, très crédible et cela vous mettrait de suite en confiance. Merveilleux, n'est-ce pas ? Le problème, c'est que ce serait un beau baratin ! C'est vrai, j'ai comme beaucoup songé un moment à devenir vétérinaire parce que j'aimais le contact des chiens mais je me suis assez vite ravisée - l'étrange pouvoir répulsif des maths durant les études... J'aurais tout de même pu atterrir en médecine mais j'ai préféré quitter le monde scientifique après le bac au profit d'une classe préparatoire littéraire, poussée dans cette voie par un professeur de physique-chimie, parce que je passais des heures à écrire. C'était bien beau d'être enfin dans le bon bain, mais l'on ne fait pas souvent un métier avec une plume ! 

     C'est finalement mon bénévolat en club d'éducation canine qui m'a motivée à m'investir d'avantage dans le milieu. J'y étais entrée dans le but de me lancer sérieusement dans l'agility avec Djuna, ma première chienne (golden), mais la naissance de Guenji, sa fille, et mes participations aux cours pour chiots ont eu le fameux rôle de déclencheur (enfin !).

     J'ai obtenu mon "monitorat en éducation canine" en 2014, passé des heures sur les terrains réservés aux chiots - à donner des conseils plus ou moins pertinents à leurs humains, il faut l'admettre, avec le recul - et il m'a semblé évident que, contrairement à ce que j'avais affirmé à un enseignant des années auparavant pour justifier le fait de ne pas m'engager dans la même voie que lui, cela ne me poserait pas de problème de répéter le même discours des heures durant, tant qu'il concernait les chiens, leur communication, les comportements que nous façonnons parfois involontairement, jour après jour.

     "freeDogs", "freed-dogs" en fait, "chiens libérés", littéralement, et non pas "libres" - car il est clair qu'après des millénaires d'utilisation et de dépendance à l'homme, le chien ne risque plus de l'être - c'est la concrétisation d'un discours de chaque jour, celui qui cherche à convaincre les humains qu'une bien meilleure

Freed Dogs à l'élevage d'Austral et Boréal | socialisation canine

écoute et relation avec leur animal se construit, bien sûr dans une éducation la plus positive possible, mais aussi tout naturellement en laissant un peu leur chien être un chien : se promener librement, avoir des contacts appropriés avec ses congénères, renifler, se rouler dans les feuilles et se tremper dans la vase, jouer... Vivre, tout simplement.

      Freed Dogs, c'est aussi et surtout une manière d'éduquer où l'on vise à rendre le chien le plus autonome possible dans ses prises de décisions, au quotidien. Je me bats tous les jours contre l'idée qu'un chien éduqué est un chien obéissant, au point d'en avoir fait un livre. Non, un chien éduqué n'est pas "obéissant" ; c'est un chien qui, de lui-même, adopte les comportement que l'humain attend, parce que ce dernier les a enseignés avec patience et cohérence, les rendant intéressants aux yeux du chien qui finit par les trouver presque naturels.

Choix de méthode(s) de travail

✅ Aucun outil coercitif utilisé (collier étrangleur, Pet Corrector, objets pour faire peur...) ; l'éducation se fait avec le plus de bienveillance possible à l'égard du chien - et de l'humain -, par le biais de renforçateurs (récompenses) efficaces pour l'animal - car tous n'ont pas les mêmes motivations.

✅ Aucun discours basé sur les idées de dominance pour justifier d'un choix d'exercice ou d'un conseil.

✅ Obtenir l'obéissance du chien ne correspond plus à mes méthodes. Ici, vous choisissez d'éduquer votre chien, de le rendre social, plus adaptable, plus calme, plus concentré sur vous, mais par le biais de ses propres propositions et initiatives qui seront récompensées pour être mises en valeur (et reproduites par choix du chien). Le contrôle humain est réduit au strict minimum pour favoriser les auto-contrôles du chien, lesquels lui permettront de se comporter comme vous l'attendez sans avoir constamment à donner des ordres.

✅ Je ne travaille donc plus qu'avec des personnes motivées, investies dans les exercices même en dehors des cours, et surtout impliquées dans le bien/mieux-être de leur chien, prêtes à ré-adapter leur fonctionnement, leur communication et leurs habitudes de vie au besoin. Il n'est jamais juste d'attendre que seul le chien évolue...

✅ Du dernier point découle que TOUS LES MEMBRES ADULTES du foyer doivent mettre en application les exercices et surtout les conseils donnés (règles autour de la gestion des jeux, espaces, repas etc.) de manière systématique et cohérente. Il est difficile voire impossible de faire avancer une (ré)éducation si tout le monde n'agit pas dans le même sens. Si vous n'êtes pas le/la seul.e personne à vivre avec le chien, veillez donc à faire lire ces lignes aux autres adultes de la maison : tous doivent être d'accord pour se plier au jeu et ainsi obtenir des progrès réguliers et durables.

 
Formations et diplômes canins

2011-2021 : monitrice en éducation canine au CEC de Condat sur Vienne (diplôme de bénévole obtenu en novembre 2014)

Novembre 2013 : participation au symposium "capacité cognitive et interaction homme-animal" organisé par l'association SEEVAD à Lyon, avec des conférences comme :

  • Claire Diederich, « Adaptations comportementales du chien au conducteur, dans le cadre d’exercices d’obéissance. »

  • Rian Lensen, « Comparaison des compétences des vétérinaires et des propriétaires en matière d'identification des signaux de communication chez le chien. »

  • Sara Hoummady, « Facteurs environnementaux et agressivité chez le chien. »

Novembre 2015 : Stage "école du chiot" à Ussac (Corrèze)

Juin 2018 : Obtention du Brevet d'Educateur Canin.

Juillet 2019 : Stage de communication canine sur trois jours avec le Dr Marina Garfagnoli chez Paulina Druri, gérante de Chien Presque parfait. Compte rendu de ce séminaire ici.

Janvier 2021 : Stage "tandem vétérinaire-éducateur" avec le vétérinaire comportementaliste Antoine Bouvresse et l'éducatrice Julia Deubel.

Juillet 2021 : "Repenser la laisse : les nuances d'une relation profonde", deux jours de formation avec le Dr Marina Garfagnoli chez Paulina Druri, gérante de Chien Presque parfait en Bourgogne.

Août 2021 : Stage de communication canine sur trois jours avec le Dr Marina Garfagnoli en Bourgogne.

Décembre 2021 : formation en ligne sur la réactivité par AREG.

Mars 2022 : Proprioception en rééducation, par Canissimo (Yannick Thoulon), organisé par Julian Deubel à Bordeaux.

Avril 2022 : Colloque francophone "Peur et agression", organisé par De Main de Maître (Simone Raffa).

Juillet 2022 : Stage de Rencontres Canines avec Paulina Druri et Cristina Ventura.

Août 2022 : Classes de communication avec le Dr. Marina Garfagnoli.

FORMATIONS A VENIR :

  • Je prospecte pour 2023 !

Mes chiens
Djuna.jpg

Djuna

A 14 ans, ma première chienne a largement gagné le droit de ne plus "travailler". Elle ne sort (si elle veut !) qu'avec des chiens très faciles à gérer - comme les peureux ayant besoin de distance et tendance à fuir - et les chiots plutôt calmes.

C'était une très chouette chienne posée dans ses contacts, assez je-m'en-foutiste et d'humeur égale, qui fuyait le conflit, assez à l'aise avec tout le monde. Avec la vieillesse, un peu diminuée physiquement, elle ne sait plus aussi bien gérer les interactions, d'où ses petits rôles choisis dans l'éducation de vos chiens.

Guenji.jpg

Guenji

Née chez moi (fille de Djuna), Pilou de son petit nom a toujours été une sorte d'ombre calée sur moi, très dépendante, assez introvertie. En ce sens, la discipline d'obéissance ne lui a pas fait de bien, car elle a fini de la sur-connecter, au détriment des possibilités d'explorer, de communiquer, de s'ouvrir au monde selon des choix qui lui conviennent.

En réalisant la chose, pendant deux ans, j'ai travaillé sur son autonomie et ses prises de décision, mais elle reste une chienne très fusionnelle et demandeuse d'interagir, même si de façon beaucoup plus mesurée.

Avec les chiens, elle manque généralement d'assurance et je fais attention à la préserver, à lui laisser le choix dans ses interactions. C'est d'abord avec elle que je travaille les réactifs qui ont seulement besoin de voir un chien tranquille, à distance.

Nagg.jpg

Nagg

La petite dernière, arrivée en janvier 2018. En bonne représentante de sa race, Naggouille est une petite fusée toujours partante pour l'aventure. C'est pourtant un jack assez sensible, facilement bousculé. Joueuse mais surtout gourmande comme pas deux, elle fait un peu de hooper, de l'obéissance et nous nous sommes récemment lancées dans le frisbee freestyle.

C'est une chienne qui aime com-muniquer, mais plutôt à distance. Elle n'apprécie pas les chiens intrusifs et choisit de les repousser franchement s'il sont trop longuement dans la proximité. Avec les chiots, elle me permet de montrer qu'un tout petit chien ne se laisse pourtant pas malmener et leur apprend le respect des petits gabarits.

Le reste de l'équipe
IMG_4205.JPG

Noisette

Chienne d'un voisin éleveur de bovins, Noisette est une gronendael de ferme qui accompagne son humain partout, à pieds, en voiture, dans le tracteur. Je l'ai connue toute fofolle à un an ; à cette époque, elle était un peu craintive de l'humain mais très (trop) avenante avec les chiens. Elle voulait jouer et se montrait très physique pour le demander.

A présent, Noisette est une chienne très réfléchie dans ses interactions. D'un profil à l'autre, elle peut redevenir la gamine qu'elle était et courir partout, ou bien avoir des approches très douces face à un chien apeuré, tout comme elle sait se tenir à distance quand un congénère demande de ne pas approcher et s'avère menaçant, même si c'est de façon ténue.

Elle est profondément sociable mais très prudente et ces qualités sont un vrai avantage pour resocialiser un individu canin.

IMG_1753.jpg

Nestor

Imposant golden de bientôt 5 ans, Ness est presque mon chien, vu le temps qu'il passe à la maison. Comme sa famille est très longuement absente, il est en garde chez nous presque une semaine sur deux.

Nestor aime ses congénères, tous. Depuis toujours. Il a toujours été très attiré et a eu une période fatigante ( pour moi ^^) où le rappel était optionnel quand il voyait un copain. Puis un jour, j'ai décidé de tenter de l'utiliser face à un chien plus difficile, hostile au contact. Pour lui apprendre à mieux se gérer et combler son besoin de communiquer. Et j'ai découvert que mon bourrin avait finalement de très bonnes aptitudes à tenir compte de la communication de ses congénères.

Sûr de lui, il ne se braque pas face aux agressions et sait souvent désamorcer les conflits.

IMG_7839.jpg

Nemo & Moucthi

Autres chiens du voisinage, les deux loulous ont des "parents" vétérinaires très pris. Nemo vocalisait énormément de rester en journée dans le jardin malgré la présence de son "frère" et on m'a demandé quoi faire pour l'aider. C'est comme ça que j'ai proposé à leur famille de les sortir et de les utiliser dans mon travail, puisque les deux chiens, ayant grandi en école véto, ont eu l'habitude de côtoyer beaucoup de chiens et de gens.

Je n'ai pas encore pu voir la communication des deux séparément mais Mouchti est sûrement un jeune Djuna, très apte à mettre les autres en confiance. Nemo, quant à lui, est plus à fleur de peau et n'est pas toujours très correct avec son frangin, mais il semble bien s'adapter aux demandes des autres chiens.

Djuna, échaufement avant agility | freeDogs
Guenji, concours d'agility 2018 | freeDogs
Balade complice à l'étang de Saint-Paul | freeDogs