Le jardin...

véritable ami du chien ?

     Qui n'a pas entendu au détour d'une conversation sur les chiens : « non, on n'en a pas parce qu'on n'a pas de jardin » ou « on prendra un chien quand on aura une maison » ? Dans un autre style, on peut aussi capter quelques incriminations du type « un si gros chien, en appartement, c'est n'importe quoi ! » ou encore « quelle idée d'avoir un chien en appartement... ». Ah ! cet espace de vie qu'est la maison, et plus encore ce jardin, soit disant nécessaire à la vie canine, pratiquement sacralisé... Aujourd'hui, je vous invite à méditer sur cette question : sont-ils réellement indispensables ? J'affirmerai que non. Et j'irai plus loin : parfois, j'aimerais autant que les fameux jardins n'existent pas.

     Revenons rapidement sur le pourquoi des réflexions citées en amont. Il faudrait une maison pour que le chien ait de l'espace, surtout s'il est imposant. Il n'y a pas de mal à penser la première partie de la phrase ; la seconde m'interpelle un peu plus car c'est une idée reçue. Evidemment, avoir un bouvier bernois de soixante kilos dans un studio, ça ne facilite pas les déplacements, ce n'est anthropologiquement pas pratique ; mais notre bouvier en souffrirait-il ? Je ne crois pas. En tout cas, pas forcément. Si son humain est présent et se donne la peine de suffisamment le sortir, il n'y a aucune raison qu'il vive mal la situation. Pour finir de briser le mythe, les gros chiens, justement à cause de leur gabarit qui les fatigue vite, ont finalement moins besoin d'activités physiques, donc avec quelques balades tranquilles, ils se poseront sans mal dans votre logement, peu importe sa taille. La place dont vous disposez ne doit pas déterminer votre choix de race ; c'est votre capacité à faire coïncider les besoins de cette race à votre mode de vie qui sera déterminant. Pour approfondir le sujet, vous pouvez jeter un œil à l'article sur le choix d'un chiot.

     Mais venons-en au point central : la remise en question du jardin pensé comme un impératif. Pourquoi donc faudrait-il un jardin ? Essayez de le demander à diverses personnes, c'est assez amusant. Pour ma part, je n'ai rien eu de mieux que « c'est agréable pour le chien de pouvoir sortir comme il veut ». Soit – même si cela m'étonnerait qu'en plein hiver, le chien puisse aller et venir librement entre l'extérieur et la maison. Avantage estival, donc. Creusons un peu plus : pourquoi ?

  • Option 1 : « Parce qu'ils aiment être dehors ». En voilà une réponse sympathique :) Et pourquoi ? Ah ça, vaste question... A priori humain, je dirais, en fin de compte.

  • Option 2 : « parce que dehors, c'est plus intéressant qu'à l'intérieur ». Ce n'est pas complètement faux ; à méditer.

     En premier lieu, il faut admettre que, non, tous les chiens n'apprécient pas d'être à l'extérieur. Vous vous le figurez sans mal, celui à qui on ouvre la porte, qui repère qu'il pleut, même si c'est trois gouttes, et refuse de sortir, non ? Et même quand il fait beau, on peut remarquer qu'alors que la porte est ouverte, le chien choisit de rester couché près de son maître à l'intérieur. J'ai moi-même deux chiennes sur trois qui ont ce réflexe. Je pense donc que non, l'extérieur n'est pas forcément plus attrayant. Cela dépend de la relation que vous entretenez avec votre chien et des stimulations que vous lui offrez à l'intérieur au quotidien (apprentissages, jeux, repas, câlins etc.) : si rien d'intéressant à ses yeux ne se produit jamais dans la maison, oui, il est probable que le chien en vienne à préférer l'extérieur.

    En vérité, le jardin est un confort avant tout pour l'humain, pour un tas de raisons. C'est plein de bons sentiments que l'homme pense que son jardin est un bien pour son animal mais malheureusement, c'est loin d'être toujours le cas. L'humain, très occupé dans son travail et autres activités, a tendance à se déculpabiliser en offrant à son chien une grande maison avec un terrain, parfois immense. Il se dit qu'au moins, son chien a de la place pour courir. Le problème de ce raisonnement, c'est qu'il ne tient pas compte des véritables besoins des canidés. Les chiens sont devenus des êtres dépendants de l'homme, parce que nous les avons voulus ainsi. Et le fait est qu'ils n'ont pas besoin de vastes étendues en intérieur ou extérieur, mais d'un compagnon de vie présent et soucieux de leurs besoins éthologiques. Avez-vous déjà observé votre poilu, quand vous le mettez dehors pour qu'il fasse ses besoins ou se dépense sans vous ? La plupart des chiens de famille vont aller uriner à quelques mètres et revenir sous peu à la porte. Certains aiment bien vous refaire les baies vitrées avec la truffe et les pattes ou revoient le design de votre porte, si vous n'ouvrez pas assez vite. Nos chiens ont besoin de nous, pas d'hectares de jardin. Ceux qui savent en profiter ont finalement assez peu d'attache à l'homme ; cela se produit quand un chiot est laissé constamment à l'extérieur et n'a pas accès à la maison, plus encore s'il a un copain canin. D'autres, vont se faire la malle à peine mis dehors, peu importe l'étendue du jardin. Ceux-là en sont arrivés à ce point justement parce qu'un jour, le non-respect de leurs besoins a été trop lourd à supporter. J'avance donc l'idée que si votre chien aime être seul dehors des heures durant, à distance, sans vous prêter attention, dans les limites de votre terrain ou non, c'est que quelque chose cloche dans votre relation.

     Je vous disais plus haut que le jardin est selon moi un simple confort humain. Soyons honnête : c'est facile d'ouvrir la porte pour offrir à son chien un peu de « liberté » et d'agitation (sans vous déranger, en plus). C'est agréable de ne pas avoir à se lever à sept heures même le dimanche, d'enfiler un jogging pour aller se promener alors qu'il ne fait pas encore jour la moitié de l'année – et sans avoir bu son café ! C'est plaisant de ne pas avoir à ressortir après le film du soir. D'un point de vue humain seulement. Je dis que le jardin est loin d'être indispensable, voire peut devenir néfaste, car les personnes vivant en appartement sont, elles, obligées de sortir avec leurs animaux, de partager du temps avec eux en extérieur. Et c'est un fait : le chien préfère se promener une demi-heure avec vous et hors de chez vous que de passer des heures seul dans un jardin déjà exploré de fond en comble.

     On pense également bien faire en les laissant à l'extérieur le temps que nous travaillons ; on imagine qu'il est plus enrichissant pour l'animal d'être dehors car il y a plus d'espace et plus de stimulations. C'est vrai, mais quelles stimulations ? Des passants qui motivent votre chien à défendre intensément sa clôture car il ne sait pas quoi faire d'autre. Ou des bruits angoissants, des inconnus qui vont le mettre mal à l'aise. Ou des feuilles qui tombent et le font aboyer car cela l'occupe. Des guêpes à chasser. Des potagers à détruire. Des trous à creuser, faute de mieux. Des voitures à prendre en chasse le long de la clôture. Et un beau jour, une femelle en chaleur qui le conduit à s'échapper et oh ! il découvre en vadrouillant pour aller la retrouver à quel point il est plaisant de sortir de chez vous pour explorer le monde... Et c'est le début des ennuis. Parce qu'un comportement dont découle des événements agréables est forcément renforcé et reproduit.

     Prenez donc garde au jardin et aux idées préconçues. Je ne le condamne pas, mais il devrait être utilisé intelligemment. C'est un vrai plus lorsque vous accueillez un chiot car, au réveil et avant de vous coucher, vous pouvez aller très facilement dehors avec lui. C'est aussi agréable quand on a du terrain de ne pas avoir à se déplacer pour jouer à la balle avec son animal. C'est chouette de pouvoir laisser son chien aller et venir quand il fait beau. Le jardin est pratique, c'est sûr, mais il ne remplace pas les balades et les moments à deux. Que vous soyez en appartement ou dans une maison de campagne implantée sur quatre hectares de verdure, votre chien a tout autant besoin de vous dans ses sorties et, surtout, il a tout de même besoin de voir d'autres endroits inaccessibles en temps normal pour voir tous ses besoins comblés. Les canidés ont un véritable besoin d'exploration. Au delà de la dépense physique que la promenade procure, elle les satisfait mentalement dans leur besoin de renifler les empreintes d'autres chiens, les pistes d'autres animaux passés par là. Ils découvrent un autre monde à chaque fois. Pensez que dans votre jardin, à moins qu'il soit immense, non fermé et qu'il y ait du passage d'humains et d'animaux divers chez vous, le stock d'odeurs à découvrir est vite épuisé. En balade, si en plus vous essayez de changer régulièrement d'itinéraires, il est constamment renouvelé.

     Voilà pourquoi j'affirme que le jardin est loin d'être une nécessité, tandis que la balade avec le maître comble le chien (surtout si elle est faite sans laisse ; voyez dans cet article pourquoi et comment réduire son usage). Voilà pourquoi la maison n'en est pas une non plus : si votre chien partage suffisamment d'activités avec vous (sorties, jeux, tours à apprendre), selon son caractère et les besoins spécifiques à sa race, il sera facilement calme et vivra sans mal dans un espace restreint. Encore une fois, tout est dans le temps que vous consacrez à votre compagnon poilu !

freeDogs - (ré)éducation canine (et humaine !) - éducateur canin en méthode positive - clicker

              SIREN n°843 276 684