Comment bien jouer avec

son chien ?

Régulation et auto-contrôles

Parce qu'un chien intenable à la vue d'un jouet n'est pas une fatalité !

Parce que, non, vous n'êtes pas obligé de renoncer à partager de bons moments via le jeu !

Voyez ici tout ce qu'il est possible de faire, d'apprendre, voire de maîtriser en toute circonstance, à condition de partir sur de bonnes bases en usant des jouets de façon raisonnée :)

Jouer à la "bagarre"

Mon jeu préféré avec un chiot. En effet, il permet de ne pas utiliser d'artifices, de prendre quelques minutes pour se mettre dans la peau d'un congénère et de jouer comme eux le feraient - ce qui fait de nous une source d'attention particulière. En plus du bénéfice des liens qui se créent avec vous - et pas avec une balle ou autre - le chiot continue l'apprentissage des auto-contrôles, comme sa mère les lui a normalement enseignés. Ainsi, vous pouvez lui apprendre ce qui est permis ou ne l'est pas durant ces séances de jeu : pas de prise en gueule du tout ? Pas de dents sur votre peau ? Certains mordillement très contrôlés sont tolérés ? Vous pouvez en décidez et affiner, le tout étant toujours d'être cohérent ; on n'accepte pas un jour les mordillements puis à six mois qu'il est temps de s'arrêter !

Enfin, cet exercice ludique vous permet d'apprendre de façon positive le "stop" à votre chien, un mot qui lui indiquerait que le jeu doit s'arrêter, pour reprendre ensuite ou non.

La technique d'apprentissage de ce jeu est détaillée dans le premier article sur le jeu que j'ai rédigé.

Nestor vous montre ce que cela donne quand ce jeu a été correctement enseigné :

Jouer avec deux chiens en même temps

(à tour de rôle)

Quel plaisir quand on a plusieurs chiens de ne pas avoir à en isoler un pour jouer avec l'autre ! Cet apprentissage permet en plus d'avoir un chien tolérant et plutôt prêteur au sujet des jouets, car il aura de fait appris à partager et saura quand le jeu le concerne directement ou quand le jouet est bel et bien présent mais pas immédiatement accessible.

Personnellement, j'ai pris l'habitude de prononcer le nom du chien à qui je lance le jouet (et donc celui qui doit le récupérer). L'autre chien peut courir avec l'individu nommé si cela lui chante - c'est ce que fait Guenji - ou rester à côté de moi en attendant son tour - comme le ferait plutôt Ness.

Cet apprentissage est essentiellement basé sur le "tu laisses", maîtrisé à distance. C'est plus simple de travailler avec un chien seul au début, en lançant le jeu, très peu loin, en ayant précisé "tu laisses" en amont (/!\ le chien doit avoir acquis cet ordre en amont !). On va ensuite récupérer le jouet pour le donner ou le lancer dans une autre direction au chien.

Pour plus d'efficacité, on peut également travailler l'exercice en demandant le "tu laisses" une fois que le chien est en route pour aller le récupérer, à condition que l'étape d'avant soit parfaitement maîtrisée !

Djun joue peu maintenant mais Nagg et Guenji joue avec plaisir selon ses règles presque tous les jours :)

Voici le "tu laisses" encore imparfait de Nestor : il connaît le vocabulaire et s'exécute sans problème s'il était immobile en amont (il ne maîtrise en revanche pas cet ordre quand il est lancé dans sa courses, ni sur un jouet, ni sur un individu).

Avoir un "donne" à toute épreuve !

Eh oui, même avec le chien le plus joueur, destiné à avoir le plus beau mordant, on peut avoir un "donne" exécuté de bon coeur est à la seconde où il est demandé, s'il est correctement appris.

La base du donne, c'est de ne pas forcer la main (ou la gueule) du chien pour récupérer quoi que ce soit. Vos chaussettes ou une corde à nœud, il s'en fiche, lui ; c'est un objet qui l'a inspiré et qu'il a pris comme jeu. Si l'on prend l'habitude de courir derrière ou de forcer les mâchoires à s'ouvrir, très vite on ne peut plus rien récupérer... Donc quoi qu'on vous ait volé, faites du troc ! Quel chien ne rendrait pas une chaussure pour un bout de jambon ? Rapidement, vous pourrez apprendre à votre chien à vous ramener tout un tas de choses sans les avoir abîmées et sans avoir à vous bagarrer avec lui.

La démarche est donc : je montre la gâterie à mon chien qui lâche l'objet et quand il le fait, je dis "donne" d'une voix sympathique et lui offre sa récompense.

Parallèlement, on peut travailler l'exercice sans friandise, mais cela demande de la patience et ne fonctionnera pas sur un chien adulte qui aime réellement jouer à tirer. Le but étant de tirer avec le chien, de grogner comme le ferait un autre chien, de le pousser doucement en même temps, bref, de jouer de manière sonore, et lorsque vous souhaitez récupérer l'objet, vous le tenez toujours mais ne tirez plus, vous relâchez la pression, vous ne faites plus de bruit et vous attendez, sans lâcher prise mais sans jamais tirer. Un chiot lâchera assez vite sa prise car vous ne jouez plus et ce n'est pas intéressant ; à ce moment là, vous félicitez chaleureusement et vous ré-inciter le chien à mordre dedans et recommencez à tirer avec lui.

Avec le temps, le chien apprend que dès qu'il n'y a plus de tension au bout du jouet, il faut le rendre pour que la "lutte" recommence. C'est très pratique avec des enfants, pour qu'ils ne soient pas secoués par le chien au bout du jouet.

Avoir deux chiens qui jouent sans conflit avec le même jouet

Si pour vos animaux, vous êtes le gestionnaire du jeu, ils auront nettement moins tendance à vouloir occuper un rang équivalent avec leur(s) congénère(s) familiers - mais les autres aussi.

C'est ainsi que Nagg et Guenji peuvent passer de longues minutes à tirer chacune de leur côté sur un objet avec corde (car sa majesté le russell préfère les cordes aux jouets ^^). Il n'y a jamais de tension, jamais d'accroc. Guenji accepte que Nagg se suspende, tire, grogne, secoue, mais quand elle tient à le récupérer pour elle seule, elle n'a qu'à lever les babines et sa petite soeur cède sans problème.

En contrepartie, Guenji respecte le fait que Nagg - quand c'est son tour d'avoir intercepté le jouet - ne veuille pas qu'un autre chien vienne se saisir de l'objet qu'elle tient en gueule.

Chacun sait finalement jouer en bonne intelligence et s'adapte à l'individu qu'il a en face de lui.

Pour un chien respectueux du jouet et de l'humain car le jeu ne l'excite pas démesurément

Tous ces apprentissages durables - la bagarre contrôlée avec l'humain et gérée par l'humain, le "donne" travaillé en positif, le "tu laisses" renforcé en différentes occasions, l'acceptation du prêt de jeu etc. - ont finalement pour but d'enseigner au chien à se maîtriser malgré la présence du jouet. Le jeu ne l'abrutit pas ; il garde un minimum de sang froid malgré les hormones d'excitation et de plaisir que génère son cerveau. Je pense même que ces hormones sont possiblement moins sécrétées avec le temps et l'enseignement, et que c'est pour cela que même un chien joueur peut arriver à se gérer pleinement malgré un montagne de stimuli a priori excitants.

Il est assez simple de jauger l'excitation du chien qui joue et de la temporiser : il suffit d'imposer un moment réflexif entres les lancers ou les phases de jeu. Demandez simplement un "assis", un "couché", un "au pied" ou tout autre tour (bien acquis) que le chien exécutera s'il est encore attentif. S'il ne l'est pas, rangez le jeu ; tant pis, terminé, rien ne sert de le monter plus encore en tension. S'il obéit de suite, votre jouet servira de récompense. Ainsi, vous renforcez vos commandes tout en partageant un bon moment et en contrôlant que les choses ne dégénèrent pas (vidéo de gauche)

On peut également s'appliquer à banaliser le jouet sur un chien très en demande et lui proposer des exercices de concentration avec nourriture - qui n'impliqueront pas de contact direct avec le jeu - comme une séance d'éducation au milieu de ses jouets, un rappel avec une ligne de jouets à franchir sans les toucher etc. (vidéo de droite) /!\ pour ce faire, le "tu laisses" sur objets au sol doit évidemment être acquis.

Si cet article vous a plu et que vous souhaitez en savoir plus, vous avez la possibilité d'approfondir le sujet via le premier article rédigé concernant le jeu : faut-il jouer avec son chien ? Cela vous permettra de comprendre comment et pourquoi le jeu peut être néfaste quand il n'est pas régulé et vous trouverez d'autres pistes pour reprendre la main si vous l'avez perdue - ou avant de possiblement la perdre ! ;)

freeDogs - (ré)éducation canine (et humaine !) - éducateur canin en méthode positive - clicker

              SIREN n°843 276 684