La caresse comme récompense

    De plus en plus d'articles circulent sur le sujet. « J'éduque mon chien qu'avec de l'amour ». Comme c'est vendeur ! De plus en plus de commentaires parfois cinglants tombent sur des personnes partageant les progrès de leur animal dans tel ou tel domaine éducatif, grâce à la friandise. Le genre « super, sauf que ton chien, il t'aime pas, il aime ta bouffe ». Ou bien « ouais sauf que quand t'en auras plus, il fera plus rien ». En gros, hein. Le fait est que depuis longtemps, il existe une école d'éducation qui prône les apprentissages sans jeu ni nourriture à la clé – et sans violence, je ne parle pas ici de cette "belle" méthode coercitive, qui ne devrait plus être d'ailleurs – mais par le biais de la communication, de la confiance mutuelle et surtout, surtout, de la patience.

     Entendons-nous bien, je suis pour l'existence d'une telle école. Baser son éducation sur la connaissance de son chien et les signaux qu'il nous envoie, c'est un tableau qui (me) fait rêver. Je ne la pense pas utopique dans l'absolu par ailleurs : je crois que le bon humain avec le bon chien, pris au bon moment, au bon endroit, avec une réelle volonté de travailler avec cette méthode dès chiot (pour une éducation classique de chien de compagnie, pas pour un chien de sport ou d'utilité) ont toutes leur chances dé réussir. Je suis persuadée que Guenji, comme simple chien de compagnie, serait tout aussi attentive à mes demandes quotidiennes qu'elle ne l'est, sans avoir été élevée dans le jeu et les récompenses alimentaires. En ce qui concerne Nagg, cela me semble moins sûr. Le lien aurait mis beaucoup de temps à se tisser sans l'appui des friandises, en tout cas, tout simplement car je l'avais – comme beaucoup d'entre nous – arrachée à sa première famille, pour la mettre dans une autre meute à laquelle elle se serait, très logiquement, prioritairement raccrochée et référée. Il peut faire ce qu'il veut, l'humain communiquera toujours moins bien qu'un autre chien et les préférences envers les congénères sont naturelles.

    Bref. Je n'ai rien contre cette école, donc. Et je croirais volontiers en elle si les humains étaient plus raisonnables en choisissant une race, des conditions d'élevage et un individu. Ne nous voilons pas la face, peu de personnes se retrouvent finalement avec le chien qu'il leur fallait vraiment entre les mains. C'est ici que ça coince.

    Mais revenons-en au principe de cette éducation. L'idée est de récompenser par la caresse et la voix seulement, car le jeu et la nourriture pervertiraient le chien. Comme si son amour et son obéissance étaient achetées et, de ce fait, factices. Admettons. Néanmoins, en plus du paramètre de départ du mauvais assemblage humain/chien, je pense que l'immense majorité des amateurs de toutous n'est pas suffisamment patiente. D'abord, la plupart des personnes qui en viennent à me contacter sont souvent dépassées, excédées, parfois près de lâcher prise et de se séparer du chien, donc leur demander des mois, voire des années, de compréhension, d'analyse, pour observer des progrès assez lents, c'est se heurter à un mur – et pointer au chômage ^^ Et j'irai plus loin : même une fois le chien « parfaitement » éduqué, avec cette méthode, il faut accepter que le chien dise « non ». Il faut accepter de s'adapter constamment pour que le chien dise « non » le moins souvent possible. En sommes-nous tous capables ? Tous les jours ?

    Lors d'un séminaire, plusieurs chiens étaient lâchés ensemble pour les observer communiquer. La séquence terminée, il fallait faire sortir le premier petit groupe de chiens pour passer au suivant. Une sympathique catahoula était sur le terrain tandis que les autres chiens étaient déjà partis. Près du portail, son humaine l'appelait pour la faire rentrer dans la maison à son tour, un peu plus loin. Mais la chienne avait visiblement décidé qu'il n'était pas encore l'heure de nous dire au revoir. Plusieurs fois, sa propriétaire l'a invitée à la suivre, avec une voix chaleureuse. Mais la chienne avait fini par se coucher près de quelqu'un qu'elle connaissait, trop contente d'être dehors avec nous. Plusieurs minutes sont passées et il a fallu que cette personne bien connue rejoigne l'appelante, en invitant elle-même la catahoula à la suivre, pour qu'elle accepte de rentrer chez elle. Soyons honnêtes : je ne suis pas sûre que tout le monde soit capable d'une telle patience, sans jamais hausser le ton ni chercher à appâter le chien différemment. Vous vous voyez, en habit de travail, tout juste à l'heure, passer dix minutes à tenter de remettre votre chien dans la maison avec un ton chantant ? Ca m'étonnerait. Et pour persévérer dans la sincérité : moi, je ne m'y vois pas ! On vous dira que c'est une question de bon sens  : qu'on ne rappelle pas le chien pour l'enfermer juste avant de s'en aller, qu'il associe le rappel à une privation de liberté et qu'il ne risque pas de revenir. Certes, je vous le dirai aussi. Mais il y a bien d'autres cas où nos intérêts s'opposent à celui du chien et dans tous ces occasions, il est vrai que la friandise est un réel facilitateur.

 

    Pour moi, le chien doit avoir un certain pouvoir de décision. Il doit être capable de faire des choix, pour s'épanouir, développer pleinement ses capacités. Mais il ne devrait pas avoir le dernier mot sur une décision pour le groupe. Comme un jeune enfant, n'ayant pas la maturité, la présence d'esprit, de faire les bons choix pour lui-même (et sa famille). Ce dernier peut proposer d'aller manger une glace, demander à aller au parc, à avoir une sucette. Parfois le parent dira oui, d'autres fois, non. Et l'enfant devrait l'accepter sans se mettre à hurler pendant un quart d'heure parce qu'il est frustré. Les interdictions et les frustrations font partie de notre monde, d'humains ou de chiens. Donc la plupart du temps, si mes chiennes veulent aller à gauche en balade plutôt qu'à droite, même si ce n'était pas prévu, je les suis. Si Guenji veut emmener la balle que j'avais laissée traîner dehors, je la laisse faire. Si Nagg demande à monter sur le canapé, je l'invite à venir. Mais s'il faut absolument aller à droite ce jour-là, si je décide qu'une balade sans jeu est préférable pour les chiens que j'emmène, si je suis en train de travailler ou de manger et que je ne souhaite pas avoir de petit chien collé à moi à ce moment-là, j'ai le dernier mot. Cela me semble être un bon compromis qui respecte à la fois les besoins du chiens et ceux de son gardien, sans nuire à la complicité, sans devenir bourreau ni laxiste.

    La question devient alors : avec les caresses comme récompense, le chien fera-t-il les choix qui nous intéressent dans la grande majorité des cas ?

    Personnellement, je pense qu'une récompense efficace est une récompense suffisamment intéressante, intéressante car inhabituelle, en premier lieu. J'ai déjà essayé de faire asseoir un york avec du jambon, du fromage, de la saucisse, du gras de Serano ; rien à y faire, le chien ne faisait même pas attention à la nourriture proposée. J'ai rapidement découvert que le toutou en question avait droit tous les soirs à son assiette de repas humain, le même que sa maîtresse, à table, je crois. Ah bah forcément...

    Selon la même logique, un chien de famille que l'on papouille beaucoup, gratuitement – j'espère ! - n'aura a priori pas de raison d'appréhender une caresse comme une véritable récompense, une récompense qui le marquera et l'incitera à reproduire un comportement que nous apprécions, je veux dire. A moins que ce chien ne soit un câlineur inconditionnel qui se damnerait pour une gratouille humaine. Ou que justement il ne soit que trop rarement touché alors qu'il aimerait l'être plus souvent.

    D'après mon expérience, une caresse comme félicitation s'avère donc très souvent insuffisante pour motiver un comportement chez le chien, notamment dans un contexte où les intérêts chiens/humains sont divergents. Prenons un exemple : un toutou qu'on nommera... Patate. C'est classe, Patate.

    Patate est un vrai chien de famille, une labrador élevée avec des enfants, entourée de plein de joujoux et de câlins quotidiens. C'est un vrai pot de colle un peu brutasse qui est tout fou à l'idée d'aller se promener, évidemment. Quand l'environnement le permet, sa famille la détache pour qu'elle profite de l'espace, renifle tout son soul et se dépense plus facilement.

    Aujourd'hui, Patate est lâchée sur un chemin désert, tôt le matin. Elle renifle une feuille. Son maître la rappelle et elle revient sans traîner. Un « bon chien » expressif, une caresse et c'est reparti vers la liberté. L'élève modèle.

    Le lendemain, même endroit, mais des moutons sont endormis juste derrière la clôture, cette fois. Apeurés, ils s'enfuient quand ils la voient et Patate se met à les courser le long du grillage. L'humain rappelle mais elle tarde à se montrer attentive. Elle revient pourtant, ravie de sa course. Son propriétaire sait qu'il ne faut pas gronder un retour tardif et la félicite.

    Surlendemain. Patate est toujours lâchée même s'il est un peu plus tard que d'habitude pour la promenade matinale : c'est le week-end et les enfants ont eu envie de venir. Les moutons sont encore là mais sont réveillés et broutent un peu plus loin ; Patate est déjà ravie à l'idée de recommencer à les poursuivre. Elle va pour les voir mais tout le monde la rappelle, les enfants tapent dans les mains et courent dans tous les sens. Patate renonce (au moins temporairement) à l'idée de sa partie de jeu avec les laineux et revient se frotter à ses jeunes humains.

    Promenade suivante, même cadre, toujours assez tôt dans l'idée de se balader en paix. Pas de chance : un autre chien arrive en face, tenu en laisse. Patate le voit, s'immobilise un instant et son humain, d'un seul coup stressé, s'avance rapidement pour aller récupérer son collier. Patate progresse doucement vers le chien ; comprenant qu'il n'arrivera pas à l'intercepter, son humain la rappelle, aussi joyeusement qu'il le peut. Mais la chienne se met à courir en direction de l'autre chien, tandis que son maître continue de rappeler, la voix beaucoup plus tendue. Patate l'ignore et va à la rencontre de l'autre chien qui, heureusement, l'accueille sans agressivité.

   

    Alors voilà, pourquoi le rappel de Patate est si aléatoire ? Pour simplifier, je vous propose de faire des maths – mais si, mais si.

Dans le premier cas, nous avons :

  • intérêt pour l'environnement : 5/10 (le calme règne, le sol, la feuille n'ont pas une odeur si alléchante)

  • intérêt pour le rappel de son humain : 7/10 (voix connue et sympathique)

=> Patate accourt, sans hésitation.

 

Dans le second,

  • intérêt pour l'environnement : 8,5/10 (pendant la course des moutons)

  • intérêt pour l'humain appelant : 7/10

=> Patate ne compte pas revenir de suite MAIS elle se rend compte que les moutons lui sont inaccessibles : comme elle ne peut plus courir après, l'environnement redescend à 5 ou 6/10 et l'appel de la caresse redevient plus intéressant = retour tardif mais réussi.

 

Dans le troisième,

  • intérêt pour l'environnement : 9/10 car Patate sait qu'elle va courir après les moutons en arrivant dans les parages et l'idée l'excite déjà

  • intérêt pour le rappel de son humain toujours à 7, mais les enfants sont là et comme Patate les adore, qu'ils ont une petite voix aiguë et qu'ils gesticulent, il passe à 9

=> puisque les moutons sont suffisamment loin et relativement immobiles – ce qui fait peut-être redescendre les stimulations de l'environnement à 7 ou 8 – Patate choisit de revenir rapidement.

 

Et enfin, le quatrième,

  • intérêt pour l'environnement : 10/10 (Patate voit très peu de chiens)

  • intérêt pour le rappel : 7/10 au début, puis 3 ou 4 quand le ton devient pressant, tendu

=> Patate n'hésite pas à aller rencontrer le congénère et son humain devra la récupérer puisque l'autre chien ne la repousse pas.

 

    La conclusion générale à tirer est que Patate, comme énormément de chiens, a un très bon rappel à condition que le milieu ne soit pas trop stimulant, c'est-à-dire tant qu'aucun élément inhabituel et jugé digne d'intérêt ne se présente pas. Elle aime ses humains, elle aime leur faire plaisir et les câlins, mais dans certaines situations, cette affection qu'elle leur porte ne sera pas suffisamment motivante pour faire face aux richesses de l'environnement.

    Quand la friandise ou le jeu font partie de l'équation, l'humain augmente ses chances de réussite en se rendant globalement au moins aussi intéressant que les stimulations externes (attention, cela dépend aussi de la qualité de la friandise utilisée, de sa variété lors des sorties, du niveau de gourmandise du chien etc.) Pour un chien comme Patate qui est joueur et goulu, sa réponse à un rappel récompensé par la voix, les caresses ET le jeu ou la nourriture se rapprochera des 9/10. Elle aura donc plus de chance d'avoir un meilleur rappel même face aux moutons ou à un chien croisé, par exemple.

    C'est pourquoi à moins d'avoir un chien qui nous corresponde idéalement en terme de caractère, un chien souvent promené en libre et suffisamment en contact avec ses congénères, à moins d'avoir une réelle patience, un ton naturellement très joyeux et plutôt aigu, de sérieuses connaissances en communication canine – cela fait donc un pourcentage cruellement réduit parmi les propriétaires, il me semble – je préfère qu'on en passe par les friandises. Pour motiver le chien mais aussi son humain, entrer dans un cercle vertueux de récompense et de confiance mutuelle.

 

    Pour en revenir aux questions de la dépendance du chien à la récompense alimentaire et au fait qu'un canidé domestique ne créera pas de vrai lien affectif avec l'humain mais seulement avec la nourriture qu'il a sur lui, la première peut-être vraie, la seconde est une hérésie.

    On peut effectivement rendre son chien dépendant de la friandise pour obtenir son écoute. Mais cela n'est pas dû à l'utilisation de cette récompense en soi mais plutôt à un mauvais usage de ce facilitateur à plus ou moins long terme. Pour en savoir plus, je vous invite à (re)lire l'article sur les récompenses. Il traite aussi du fait que la nourriture aide à créer un lien avec l'humain ; en aucun cas elle ne devrait traiter l'humain comme l'intermédiaire nécessaire entre les deux. Et si l'on veut considérer que l'amour canin est acheté par les friandises, je vous dirais : est-ce que toute relation ne se base pas sur un profit qu'on tire de l'autre ? Ou, parce que le rapport est souvent fait avec une relation filiale : est-ce que l'enfant, lui aussi, n'est pas régulièrement « récompensé » pour sa bonne conduite par autre chose que les élans d'affection de ses parents ? « Tu laisses maman travailler tranquille et on ira au parc ». « Tu es sage pendant les courses et je te prends une sucette ». « Tu as une bonne note à ce devoir et on ira au cinéma ». De plus, avec ces exemples, la récompense est utilisée comme leurre et pas comme récompense, ce qui à mon sens réduit son efficacité.

     Cette vision des choses ne plaît peut-être pas mais elle domine encore largement. Pour autant, je ne crois pas que l'attachement de l'enfant ne soit motivé que par les récompenses matérielles qu'il obtient. C'est bien plus complexe – et heureusement. D'accord, j'ai fait de l'anthropomorphisme et ce n'est pas toujours recommandé. Pourtant, nos chiens fonctionnent beaucoup comme nos enfants et à l'heure où on les considère comme de vrais membres de la famille, qu'on s'appelle « maman » ou « papa » plutôt que « maître » ou « patron », je ne pense pas que le parallèle soit si malhabile.

 

    Je terminerai en rappelant que, de mon point de vue, les contacts physiques initiés par l'homme ne devraient pas avoir une valeur de récompense. Mon chien est là à me regarder alors que je range le linge, j'ai alors envie de le toucher et je m'agenouille pour le gratouiller (et je lui parle avec une petite voix niaise qui le fait se vautrer sur le flan et tout et tout). Ou je m'assois sur le canapé pour me détendre et j'ai envie que mon chien soit collé à moi et de le caresser, même machinalement. La caresse est pour moi un vecteur d'attachement, une démonstration d'affection, pas un moyen de dire « c'est bien, je suis content de toi ». En tout cas, pas pour enseigner un comportement. Ce n'est que mon avis. Mais si l'on tient à apprendre par la seule caresse, je pense qu'il faut :

  • se résoudre à ne jamais avoir de contact physique gratuit pour que ce dernier reste réellement gratifiant pour le chien et le motive donc,

  • ou accepter d'être confronté à une évolution potentiellement très lente dans l'acquisition des enseignements.

    Cependant, dans un cas comme dans l'autre, il faudra en plus avoir entre les mains un individu appréciant sincèrement les contacts en toute occasion (pour pouvoir récompenser efficacement en toute situation), ce qui demande de sélectionner un chiot très (très, très) proche de l'humain par goût naturel.

    Toutes ces précautions et/ou probables prises de tête en valent-elles vraiment la peine ? Cela ne relève que d'un choix personnel :)

freeDogs - (ré)éducation canine (et humaine !) - éducateur canin en méthode positive - clicker

              SIREN n°843 276 684